Applications, cordons

Description de la technique
Ajout à chaud d’un élément de verre façonné préalablement. Cette technique permet soit de compléter des formes soufflées, comme par exemple l’application à chaud d’une anse ou d’un pied sur une forme utilitaire, soit d’introduire un décor en relief à la surface d’un objet à vocation décorative. Ce décor peut être un simple cordon, fil de verre plus ou moins épais rapporté sur une surface tournante, un filet, un cabochon, ou une pièce plus élaborée, comme dans certaines oeuvres de l’Ecole de Nancy, réalisées par Gallé ou Daum. Par la recherche du relief et du modelage, cette technique autorise une approche sculpturale du verre.

Historique de la technique
Son histoire est aussi ancienne que l’histoire du verre: les alabastres à enduction sur noyau sont déjà munis de petites anses latérales appliquées à chaud. Les “roemers” germaniques médiévaux ont des pieds ornés de pastilles de verre à but mi-fonctionnel, mi-décoratif, mais certaines périodes de l’histoire du verre ont privilégié la fonction décorative des applications, comme l’époque Baroque où se multiplient, sur les verres “ façon de Venise” , ailettes et filets travaillés à la pince. Toutefois c’est l’artiste Emile Gallé qui a le mieux pressenti et exploité l’intérêt sculptural du travail en application, poussant sa recherche à l’extrême comme dans ses derniers chefs d’oeuvre, les “Main aux algues” et les “Main aux algues et aux coquillages”, véritables sculptures de verre, mi- soufflé, mi-massif, créées quelques mois avant sa disparition en 1904. Son émule nancéien Daum s’est confronté à sa suite à ce type de travail, dotant plusieurs de ses vases d’applications qui finissent par constituer un véritable décor sculpté élément par élément, comme dans son “Vase aux raisins” (1908) où des cordons de verre figurent les sarments de la vigne tandis que des gouttes de verre violet composent une à une les grains de la grappe de raisins. Il arrive même que l’élément rapporté à chaud constitue déjà à lui seul une sculpture figurative miniature, comme les insectes, cigales, libellules, hanneton, posés sur certaines pièces.

Actualité
Certaines pièces de la française Fabienne Picaud témoignent de son attrait pour l’aspect matiériste de ce travail.

Verriers

References bibliographiques
BARBIER - LUDWIG Georges, “La main aux algues et aux coquilages- A propos du symbolisme d’Emile Gallé”, Arts Nouveaux, 1991, N°6 SALMON Béatrice, BARDIN Christophe, “Daum -Collection du musée des Beaux-Arts de Nancy”, Réunion des Musées Nationaux, 2000

bla bla bla bla