Taille

Description de la technique
La taille est un procédé de décoration du verre à froid par enlèvement de matière, qui se rapproche du principe de la gravure à la roue mais qui en diffère dans ses buts décoratifs et dans sa mise en oeuvre. Elle consiste à créer sur l’objet de verre des motifs linéaires, géométriques ou prismatiques, des côtes plates, des facettes, des biseaux, des olives, des diamants, en creusant le matériau à l’ aide d’ une meule ou roue de fer, dont l’action est facilitée par l’adjonction abrasive de sable, arrosé d’un filet d’eau qui s’écoule régulièrement sur cette meule. Si le graveur cisèle délicatement son décor en plaçant sa pièce sous la molette de cuivre, le tailleur la maintient au dessus de la meule, en exerçant une poussée calculée pour entamer régulièrement la masse. La pièce est ensuite “doucie” ( c’est à dire rendue lisse, sans aucune strie) avec une meule en grès, puis avec une meule en bois, d’abord avec les boues de sable déjà utilisé, ensuite avec de l’émeri de plus en plus fin. Enfin la pièce est polie ( c’est à dire rendue transparente) avec une roue en bois et de la potée d’étain, travail terminé par une roue de liège.

Historique de la technique
La taille est un procédé très ancien, connu dès l’antiquité, en particulier dans le monde romain. Elle a pris un essor décisif en Bohême au XVII° siècle, avec l’utilisation de verre potasso-calcique qui, de par sa composition, se prêtait aisément à ce type de travail, travail qui souvent associé à la gravure exalte l’éclat des chefs d’oeuvre baroques. L’invention de verre au plomb ou “ Flint-glass” en Angleterre au XVIII° siècle favorisa l’extension de la taille qui met remarquablement en valeur sa transparence et ses qualités exceptionnelles de réfringence. A l’origine les tours étaient mus par le pied de l’ouvrier. Les premiers tours actionnés par un moteur hydraulique sont apparus en France sous l’Empire vers 1811, mais n’ont été généralisés que pendant la deuxième moitié du XIX° siècle. Notons que la taille manuelle a subi ponctuellement la concurrence de la taille mécanique, sous l’influence du machinisme, dans les grandes manufactures, avec l’invention d’un brevet dû à un Anglais de Birmingham, Gold, en 1835. Mais sa force artistique a toujours conféré à la taille manuelle une incontestable suprématie. La grande tradition de la taille a été exploitée et transcendée par les oeuvres des verriers de l’école tchécoslovaque au cours des décades 1980-90, et notamment mais pas exclusivement par les élèves de Vaclav Cigler.

Actualité
On peut citer les sculptures de Yann Zoritchak chez qui cette étape du travail suivie d’un polissage très méticuleux a toujours revêtu une importance fondamentale. Mais aussi les œuvres prismatiques de Marian Karel, d’Oldrich Pliva, de Pavel Trnka...qui privilégient les jeux de lumière dans leurs formes pures.

Verriers

References bibliographiques
MATCHAM Jonathan, DREISER Peter, “The Techniques of Glass Engraving”, Batsford LTD, Londres, 1982 DE MIRBECK Xavier, “Technique du verre “, Dessain et Tolra, Paris,1992

bla bla