La Vie antérieure
25
Œuvre testamentaire au beau titre baudelairien, “La Vie antérieure”, désigne un bas-relief que Jean-Pierre Demarchi a créé peu avant sa disparition. On y discerne l’empreinte d’un corps d’homme - torse et jambes vus de dos -, qui semble fossilisée dans la gangue lumineuse du verre. Le sculpteur a, paraît-il, inclus dans l’enveloppe humaine, comme froissée, des parcelles de feuilles et de coquillages, fragments allusifs du règne végétal et animal qui viennent symboliser l’unité et l’universalité de toute forme de vie. Le modelé expressif de la figure évoque la sculpture de Germaine Richier, dégageant une impression d’humanité et d’intimité charnelle tandis que le bleu de la matière rend le mystère du cycle éternel de la vie.
A quelques générations de distance, cette œuvre émouvante semble entrer en résonance avec les interrogations philosophiques d’Emile Gallé sur les origines de l’homme et sa destinée, exprimées par la “Main aux coquillages et aux algues”.
Édition 1979
250 exemplaires
H. 32 cm ; L22 cm

Double signature gravée :
au dos de la pièce,
à gauche Demarchi,
à droite Daum France,
Exemplaire numéroté 2 HS

Pâte de verre
Couleur : bleu
60
Demarchi Jean Pierre
Jean Pierre Demarchi - La vie antérieure